Le Service de PPA , des compétences au service du patient âgé

Date de mise à jour : 27-05-2019

Le Service de PPA , des compétences au service du patient âgé

Greg LAVENAIRE, Neuropsychologue POLE INTERSECTORIEL Service de PPA (Psychiatrie de la Personne Agée)

La remédiation cognitive au sein de la PPA a pour objectif principal de conduire les personnes à développer par elles-même des stratégies afin de conserver leur autonomie. En effet, les individus âgés ont besoin de stimulation sur le plan cognitif afin de lutter contre le déclin de celui-ci. D’autant plus en psychiatrie de la personne âgée, où les patients souffrants initialement de pathologies psychiatriques ont aussi parfois des troubles cognitifs dus à une atteinte neurodégénérative.

Les troubles psychiatriques sont fréquemment associés à une symptomatologie cognitive qui concerne l’attention, les fonctions exécutives mais aussi la cognition sociale (Vyas et al., 2012). De plus, avec l’aspect vieillissant de ces pathologies, la gravité et la sévérité des troubles cognitifs s’accentue. Sachant que par exemple, 80% des patients souffrants de schizophrénie ont des troubles cognitifs (Heinrichs et Zakzanis., 1998).

Egalement, nous savons que la qualité de vie et les difficultés d’intégration sont davantage associées aux troubles cognitifs qu’aux symptômes psychotiques (Green et al., 2004). Tout cela rappelle que c’est un enjeu de santé publique, puisque les troubles cognitifs sont présents chez 3 patients sur 4. La remédiation cognitive est donc indispensable pour la prise en charge des troubles cognitifs.

Par conséquent, au sein de l’unité des prises en soin sont mises en place trois fois par semaine. Dans lesquels les patients travaillent en individuel ou en groupe de façon spécifique sur leurs problématiques fonctionnelles. Par exemple, l’atelier EmoCog (Emotion Cognition) qui leur permet de créer des interactions sociales pour in fine développer les relations et compétences sociales.

Par le biais de la reconnaissance des émotions, la représentation d’autrui, mais aussi la présentation de scènes visuelles sociales pour favoriser la déconstruction du mécanisme interprétatif. En amont est mis en place une grille d’objectif avec le patient, ensuite à la fin du programme une évaluation avec un entretien et des outils identifiés et reconnus (BCS, tâche de théorie de l’esprit, Test d’Ekman ...) pour assurer le suivi des patients et de leurs objectifs.